29/09/2005

Retour d'été, part 3: voilà, c'est lu.

Alors voilà, cet été j’ai fait ce que je devais et ce que je voulais. En termes de lecture s’entend. Donc : ça y est, je l’ai lu, le bouquin de Dan « Quoi, tu l’as pas lu ??? » Brown. C’était à la hauteur de mes attentes. Une grosse purge fadasse et pataude. Ceci dit, ça pourrait faire un honnête film… s’il n’était pas réalisé par Ron Howard.

 

A côté de ça, la lecture du bouquin d’Antoine « Bon, tu t’y mets quand ??? » de Baecque est une bonne nouvelle roborative. Bonne Nouvelle ? Oui : je ne suis pas cinéphile. La cinéphilie est morte, ou presque. L’idée, un brin provocatrice, du bouquin, c’est que la cinéphilie n’a été qu’un fétu de paille d’une bonne vingtaine d’années. La cinéphilie, comme passion exclusive, n’a pas survécu à 1968, et était déjà largement ébréchée depuis 1963. Que la Politique des Auteurs était une boîte à idée pas plus légitime que n’importe quel autre dogme, et qu’elle doit plus à la provocation qu’à la vraie réflexion critique. Qu’elle est même le noyau de la destruction du cinéma (français d’abord) comme système. Que (ce n’est pas bien nouveau, ça) le cinéma n’occupe à présent qu’un territoire – de plus en plus étriqué – dans le paysage esthétique de l’image (en mouvement).

 

Bref si « le cinéma intéresse moins » comme s’en plaignait Godard il y a 20 ans, cela lui permet de courir vers l’abstraction, ses obligations en termes de réel et de scénario ayant été reprises par la télévision. L’image étant en train de recouvrir le monde, le fait, pour le cinéma, de ne plus parler que de ça lui permet paradoxalement de rester en prise avec ce même monde. Drôle de paradoxe, un peu étourdissant…

 

Et si la cinéphilie ne peut plus exister, c’est tout simplement parce qu’elle impliquerait chez le cinéphile une entropie mortifère : le monde étant devenu image, il se fermerait par la même la compréhension de l’objet de sa passion.

 

La non-cinéphilie permet de mieux aimer le cinéma. Waw !


21:24 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.