05/06/2004

Le soupir de Dementieva

Juste après sa piteuse finale contre sa compatriote, Dementieva arrive dans la salle de conférence de presse. Elle s'est faite plus sexy, s'est rabattu les cheveux devant le visage. Elle ressemble à une couverture de Jeune et Jolie. Après une série de phrases convenues ("Myskina était la plus forte sur le terrain", "Ce n'était pas moi sur le cours"), un journaliste lui pose, "off", la question de son service défaillant.
 
Le visage de la jeune russe fuit vers sa droite; elle pousse un soupir, long et bruyant, avant de lâcher ces phrases incroyables: "Vous savez, si je pouvais disputer un tournoi sans avoir à servir, je serais vraiment heureuse. Je ne sais tout simplement pas comment servir!" Puis les larmes perlent, elle n'arrive plus à parler.
 
Le temps de se rendre compte que dans ces quelques secondes de soupir, sidérantes après coup, c'était toute la déception et la frustration qu'on voyait s'échapper pour laisser la place aux seuls doute et désespoir. Tout espoir de pouvoir garder une contenance aussi. Ce visage qui se déforme pour ne plus jamais revenir à sa neutralité initiale, c'est celui d'une jeune femme qui a bien entendu, derrière la question, ces accusations à peine voilées d'usurpatrice d'une place au top 10 mondial. Qui voit son horizon se boucher pour une simple défaillance technique, dans un sport où tout le plaisir vient d'un sentiment de maîtrise.
 
C'est pour ce genre de secondes-là que je continue à préférer les perdants, et surtout à leur trouver plus d'humanité qu'à l'émotion un rien factice des gagnants.
 
Pendant ce temps-là, les larmes de Démentieva se sont faites plus lourdes, elle est secouée de sanglots. Les flashes crépitent.


21:49 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

bof "on a beau ne pas aimer l'Amérique, les américains, eux, on continue de les aimer"

moi je trouve que tu n'as pas vraiment raison quand on voit ce qui se passe dans le monde, le bordel, c'est à cause d'eux, ils vont voté pour bush, ils sont donc responsables, tous, les uns et les autres, tous coupables et puis franchement la guerre c'était il y a 60 ans, on va cesser de pleurer quand ?

Écrit par : serge | 07/06/2004

Je persiste J'ai un peu de mal à te suivre... Il y a 50% de gens qui ont voté pour lui. Qui plus est l'élection du Président américain ne se fait pas vraiment au suffrage direct, si je ne m'abuse, donc les choses sont un chouïa plus complexes. Et le fait de voter pour quelqu'un n'implique pas qu'on adhère à tout ce qu'il fait. Il reste pas mal d'américains - même parmi ceux qui ont voté Bush - qui sont très critiques vis-à-vis de cette politique. Enfin, ce n'est pas parce que l'administration Bush réagit avec un dédain incroyable que la démocratie américaine soit devenue une dictature cachée, loin de là.

Bref, je me refuse à jeter le bébé avec l'eau du bain. Etrange pays que l'Amérique: inquiétant, énervant, facilement haïssable mais quand même fascinant. Tu ne trouves pas?

Voir ici, par exemple: http://www.liberation.fr/page.php?Article=216388

Écrit par : max-renn | 18/06/2004

Désolé Y a des bas du front qui s'amusent à mettre des commentaires stupides en utilisant mon nom, mais ils vont se lasser... celui-ci n'est pas "de ma plume"

Écrit par : serge aldagor | 19/06/2004

Je note Et franchement désolé d'y avoir cru, alors. J'avoue que ça m'étonnait un peu... Je devrai être un peu plus vigilant et intelligent.

Écrit par : max-renn | 19/06/2004

Les commentaires sont fermés.