28/12/2003

Compétoche

Samedi trop arrosé... je me retrouve à finir la soirée devant une émission de variété de TF1. Mais surtout devant un sommet de cynisme. En gros, une litanie de chiffres de vente entrecoupée de tout ce que la chanson française peut compter de brailleurs. Le comble du rire (jaune) est tenu par la petite interview de Florent Pagny après son petit exercice de poujadisme chanté (une chose d'une laideur musicale repoussante, au demeurant). L'intervieweur VRP: "alors Florent, quand on reçoit un texte comme celui-là (celui où il chie sur les impôts pour ceux qui n'avaient pas capté), on se dit qu'on tient un hit en puissance, non?" L'hymne au capitalisme le plus sauvage, l'appel à la destruction de la solidarité sociale, enrobé dans un sous-alibi culturel et qui devient une source de revenu inestimable: l'horizon fantasmé de ce type (que je suppose être l'horizon fantasmé des producteurs musicaux derrière cette émission).
 
En 10 ans de temps, depuis l'époque des "sous vos applaudissements" ou d'un Drucker lécheur de bottes "d'artistes" tous formidables - avant de devenir lécheur de bottes de politiciens - , on est passé du statut du "tout artiste" à une logique mathématique (cette émission-ci) ou sportive (Star Ac' ou la Chanson n°1 en face). Une logique mieux vendable, plus rentable à court terme, dont cette émission ne fait que boucler la boucle (tu es un artiste parce que tu vends).
 
Rêves étroits d'une société qui a arrêté de se rêver: la nôtre.

Tout cela dit sans préjuger des qualités artistiques des chanteurs d'aujourd'hui: le regard de vache folle d'Elodie n'a rien à envier à celui d'une Jeanne Mas, qui secouait les charts à l'époque.

17:56 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/12/2003

Remède miracle

Jour de misanthropie. Haine des gens dans la rue, des personnes avec qui on travaille, de ceux qui nous envoient des mails... Un coup de Pixies et le monde n'est pas si pourri que ça... Ne rien dire avec autant de talent me venge pour le week-end, tiens.

23:01 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2003

Il n'y a pas si longtemps que ça, je disais que si l'Agent

Il n'y a pas si longtemps que ça, je disais que si l'Agent Smith existait, je crois que je l'aimerais.
 
Je révise mon jugement:
1. l'agent Smith existe, et
2. réflexion faite, non, je ne l'aime pas.

21:10 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Socio-économie de comptoir

Le pauvre garde son droit à être pauvre ... pour autant qu'il se montre docile et discipliné: respecter les horaires qu'on lui assigne, faire la file là où on lui dit de la faire. Se révolter quand on lui permet de le faire, c'est-à-dire quand ça n'emmerde personne, sauf ceux qui sont aussi pauvre que lui.
 
L'indiscipline, la liberté de mouvement coûtent de plus en plus cher.

20:48 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2003

On respire bien fort

Vu qu'il paraît que j'ai dit un truc pas trop con dans mon dernier post, il faut que je fasse baisser d'urgence mon jmelapètomètre. Attention, allergiques à la connerie, bouchez-vous le nez.
 
J'avoue que j'ai une certaine sympathie pour le "Y a que la vérité qui compte" de Bataille et Fontaine: son dispositif limpide et pervers comme du Rohmer, l'humour de boy-scouts attardés des 2 précités, les sujets écrits et montés par un stagiaire de 3e secondaire. A ce niveau de bêtise, ça confine à la naïveté. Tout cela est fait avec une bonne volonté crétine qui est plutôt rafraissisante.
 
Et hop, crédibilité niveau -12.


22:25 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Désolation

Pourquoi les images de victoires ont-elles toujours un arrière goût de vulgarité, voire d'obscénite?

01:45 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/12/2003

Ladies and Gentlemen, we got him!

Faudra peut-être leur dire aux Américains: ils se sont plantés, c'est Karl Marx qu'ils ont arrêté. Rhôô, les cons, toujours une guerre de retard. Faut dire que depuis le temps qu'ils le cherchaient aussi, celui-là...


18:12 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2003

Avis aux amateurs

Kim Ki-Duk forever.
 
Un cinéaste maudit (on dira plutôt mal vu, ne jamais abuser des mots) coréen, c'est rare. Et comme le niveau du cinéma coréen actuel est déjà bien haut, ça donne une idée de la valeur du gars ... J'aime beaucoup son irrévérence vulgaire, et je comprends la haine polie d'un pays qui veut tant plaire au monde.
 
Pour info: The Isle existe en DVD, son prochain film (Spring, Summer, Fall, Winter ... and Spring) devrait sortir en avril. Plus qu'à espérer que l'excellent Coast Guard sorte un jour. C'est beau, l'espoir.
 

20:44 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |