17/12/2003

Socio-économie de comptoir

Le pauvre garde son droit à être pauvre ... pour autant qu'il se montre docile et discipliné: respecter les horaires qu'on lui assigne, faire la file là où on lui dit de la faire. Se révolter quand on lui permet de le faire, c'est-à-dire quand ça n'emmerde personne, sauf ceux qui sont aussi pauvre que lui.
 
L'indiscipline, la liberté de mouvement coûtent de plus en plus cher.

20:48 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.