13/11/2003

On t'aime quand même

Sans aborder le sujet de Matrix (déjà suffisament commenté), je voulais faire ma petite déclaration "d'amour" à l'Agent Smith: un pur concentré de haine, phobique jusqu'à l'entropie et, du coup, forcément tragique. Le personnage le plus moralement terrifiant que j'aie vu depuis La Nuit du Chasseur.
 
Un personnage qui ne carbure uniquement qu'à la haine de ce qui l'entoure: en gros, la meilleure métaphore anthropomorphique d'un programme informatique, loin, très loin, du cliché du visage inexpressif et de la voix sans intonation. Le personnage le plus conceptuel depuis Bill Murray dans Groundhog Day.
 
Agent Smith, même si tu ne m'aimerais pas si tu existais, sache que ce n'est pas réciproque...

19:28 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Their names is Smith
Magnifique plaidoyer pour Hugo Weaving et brillante réhabilitation de l'exceptionnel Bill Murray à qui j'ai dû consacré un post il y a un siècle ou deux...

b.

As-tu vu "Proof", de Lynda House. 1992, par là, starring l'agent Smith.

Écrit par : Bergman | 13/11/2003

Proof... Ca me dit quelque chose... un vague souvenir de film avec un aveugle, si je ne m'abuse. Et c'est donc avec Hugo Weaving! Mon plus lointain souvenir de lui était Priscilla Queen of the Desert. Et Frauds, du même. Et, désolé, mais Bill Murray n'a pas besoin d'être réhabilité, Bill Murray est éternellement une star!! ;) (vivement Lost in Translation)

Écrit par : max-renn | 13/11/2003

Of course...
... Tu as raison. My mistake.
Bill Murray est déjà et à jamais une star...

b.

Écrit par : Bergman | 13/11/2003

Ah J'aime mieux ça...

Écrit par : max-renn | 14/11/2003

Les commentaires sont fermés.