13/10/2003

24

Les séries et moi, ce n'est en général pas vraiment une histoire d'amour: le concept d'une histoire virtuellement infinie, sur laquelle on pourrait tirer comme sur un vieux chewing-gum, le saucissonage, le concept - qui reste toujours aussi vague pour moi - de saison (qu'est-ce que c'est d'autre qu'une nécessité de programmation - alors comparer les saisons comme des millésimes, moi je me tâte) sans même parler de l'inanité de 3/4 d'entre elles (après tout, chacun ses goûts), tout cela fait que rares sont les séries qui ont réussi à m'accrocher.
 
Or voilà qu'on n'arrête pas de me parler de "24" dont le battage médiatique a souvent largement dépassé celui d'un film, que la chose vient de sortir en DVD et que donc je vais pas devoir caler mon agenda pendant 6 mois pour tout voir. Et, ce qui ne gâche rien, la saison est prise en compte dans l'écriture de la série (qui aurait dû s'arrêter avec la saison 1 pour bien faire mais soit ne pinaillons pas).
 
L'occasion de quelques constations:
1. Les séries ne font plus que 45 minutes contre 52 il y a pas si longtemps (4 coupures pub!!  - mais c'est inregardable en télé ce truc!).
 
2. C'est bien la série qui a repris l'économie de la série B et la logique d'un certain âge d'or du cinéma: décors assez pauvres (un décor principal, quelques extérieurs, basta), primauté au scénario, réalisateur faire-valoir (Stephen Hopkins - l'homme de Lost in Space et Freddy 5 - un veau, qui reste bel et bien un veau). Bref: c'est le désir du producteur qui prime, et c'est plutôt pas mal.
 
3. La série est une véritable école d'écriture scénaristique: même si de temps en temps les jonctions du scénario sont cousues de fil blanc, c'est bien lui qui tient toute la série (+ l'idée du split screen, idée de producteur).
 
Bref, ce que je pensais il y a quelques temps (la crise du cinéma - et principalement du cinéma français - est une crise du scénario - et plus criant encore, une crise des producteurs en France) semble trouver un contre-exemple frappant à la télé. Pour une fois que la télé donne des leçons au cinéma...

09:52 Écrit par max_renn | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Series lover
Même combat... :-)

Écrit par : Bergman | 13/10/2003

Les commentaires sont fermés.